« Benallagate : la fin de Macron ? », par Bruno Adrie

Pondu il y a un an par une pyramide de ténèbres sous l’œil trouble des malédictions cosmiques, le président printanier semble avoir épuisé les crédits de son immanentisme politique. Débordé par les effets du pouvoir agissant comme un alcool fort sur sa trop faible constitution, le marcheur en goguette, arrogant satisfait, comédien provocateur, s’est cru à l’abri de la révolte et du mépris de ceux … Continuer de lire « Benallagate : la fin de Macron ? », par Bruno Adrie

« En 2118, la République aura cessé de marcher », billet d’humeur par Bruno Adrie (à propos de l’affaire Benalla)

En 2118, la République aura cessé de marcher et aura fini ses jours dans des culs de basses fosses pleins d’immondices, condamnée à mourir par décomposition devant l’indifférence d’un public vulgaire uniquement préoccupé de championnats du monde klaxonnés et de gadgets en frénésie tombés des camions des multinationales du toc. En France, le président Costard IV occupera son fauteuil dans l’omnipotent palais de l’Elysée. Il … Continuer de lire « En 2118, la République aura cessé de marcher », billet d’humeur par Bruno Adrie (à propos de l’affaire Benalla)

« Au sujet d’un certain vacarme… », billet d’humeur par Bruno Adrie

La religion, mise à la porte, est revenue par la fenêtre sous les aspects d’une liturgie bruyante appelant l’extase à coups de klaxons, braillant une joie éraillée dans les vapeurs d’une inquiétante orgie collective. Le pays est devenu un croisement de pèlerinages déboussolés dans lesquels des fidèles au volant se poursuivent et s’interpellent, creusant le bitume au pneu crissé et agitant, toutes grimaces dehors, des … Continuer de lire « Au sujet d’un certain vacarme… », billet d’humeur par Bruno Adrie

« Le surministre et sous-président Eduardo Felipe veut prendre les mécontents de vitesse », par Bruno Adrie

Le surministre et sous-président Eduardo Felipe veut prendre les mécontents de vitesse et les faire passer, les réformes dictées par les lobbies qui tirent les ficelles du Grand-Guignol bruxellois et de sa filiale parisienne installée au palais Bourbon. Il ne fait pas semblant, le sous-président, il veut nous tromper à visage ouvert. Il faut dire qu’il est là pour mener à bien le Blitzkrieg annoncé … Continuer de lire « Le surministre et sous-président Eduardo Felipe veut prendre les mécontents de vitesse », par Bruno Adrie

« Président le Petit réalise le rêve des petits bourgeois arrivistes », billet d’humeur par Bruno Adrie

Président le Petit réalise le rêve des petits bourgeois arrivistes : il vole autour du monde pour occuper les unes, souriant de son sourire de carcasse morte et serrant la patte de tout ce qui se fait de plus sale sur Terre. Promené dans son costume bleu crépuscule républicain qui le tient debout dans son amidon – poupée de chiffon -, il fait le sale … Continuer de lire « Président le Petit réalise le rêve des petits bourgeois arrivistes », billet d’humeur par Bruno Adrie

« En Équateur, la trahison a un visage : celui de Lenin Moreno », billet d’humeur par Bruno Adrie

En Équateur, les assassins économiques (tels que décrits par John Perkins dans ses Confessions) ont manifestement convaincu le président Lenin Moreno d’écarter Rafael Correa de la vie politique locale sous un prétexte qui fleure bon le coup monté. Je ne sais pas si le traître Moreno aura succombé aux promesses de futures récompenses de la part de ses maîtres banquiers ou à la crainte de … Continuer de lire « En Équateur, la trahison a un visage : celui de Lenin Moreno », billet d’humeur par Bruno Adrie

« Macron, Poutine, le tutoiement et le parfum de la démerde… », par Bruno Adrie

L’une des caractéristiques du parvenu, c’est l’impérieux besoin qu’il éprouve de convaincre et de se convaincre qu’il est arrivé. C’est en serrant chaleureusement la main de ceux qu’il envie et dont il souhaite voir rejaillir sur lui l’importance – réelle ou supposée, en tout cas admise collectivement – que le parvenu – un parvenu qui, au fond, n’en revient pas de son ascension – cherche … Continuer de lire « Macron, Poutine, le tutoiement et le parfum de la démerde… », par Bruno Adrie