« L’arrivée extraordinaire d’Antiochos Walter », fiction extraite du recueil de nouvelles ‘Sous ton nom, Liberté, j’écris mon nom’ de Bruno Adrie

A Milton Friedman et à ses frères d’horreur, monstres d’orgueil, ignorants scolastiques. Bien avant Antiochos Walter, il y avait le soleil qui brillait seul au milieu du Rien. Puis le ciel vint, l’encercla et retint ses feux inextinguibles sous le satin azur de sa tunique sans pli. Alors le soleil se mit en mouvement. Au-dessous, un plateau désertique apparut, avec une fente sur l’horizon pour … Continuer de lire « L’arrivée extraordinaire d’Antiochos Walter », fiction extraite du recueil de nouvelles ‘Sous ton nom, Liberté, j’écris mon nom’ de Bruno Adrie

« C’est d’ici qu’on commande et qu’on juge, depuis ces altitudes qu’on déclare les guerres », extrait de Cosmic Business par Bruno Adrie

Les vitres du Septentrion donnent sur un épais tapis de nuages bleu gris, déroulé entre des tours colossales tendues vers un ciel en cul-de-sac, en marmite renversée, trouée d’étoiles et noire de cuissons millénaires. C’est ici, sous la lune lépreuse et phosphorescente, que vivent les ploutocrates, les profiteurs, les diplômés, les méritants, les créanciers, les banquiers, les accapareurs, les voleurs à qui tout le monde … Continuer de lire « C’est d’ici qu’on commande et qu’on juge, depuis ces altitudes qu’on déclare les guerres », extrait de Cosmic Business par Bruno Adrie

« King Kostard chez Catalstom ou le bonheur est dans la rouerie », par Bruno Adrie

King Kostard est différent aujourd’hui. Il a troqué sa veste – soigneusement récupérée et repliée par sa duègne qui le suit en trottinant sur ses hauts talons – contre un blouson aux armoiries de Catalstom la société qui fabrique des tourniquettes à tournicoter l’atome, un élément clef de ces grandes nefs radioactives qui, aujourd’hui, ont remplacé les vieilles cathédrales. Les centrales avec leurs dômes de … Continuer de lire « King Kostard chez Catalstom ou le bonheur est dans la rouerie », par Bruno Adrie

« Le ‘Secret Service’ de Sa Majesté King Kostard », par Bruno Adrie

Au pays de Kokogne, les gros bras et les mains sales du Secret Service ont convoqué les échotiers qui ont osé renifler les chausses du monarque. King Kostard le bien brossé ne plaisante pas avec les news, surtout lorsqu’elle sont real. Le nouveau monde qu’il a promis, il le bâtit sous les yeux des électeurs aux mains quémandeuses de bulletins de vote – cette monnaie … Continuer de lire « Le ‘Secret Service’ de Sa Majesté King Kostard », par Bruno Adrie

« L’eurocommuniste Ian Brossat vous incite à voter [pour lui] », billet d’humeur par Bruno Adrie

L’eurocommuniste Ian Brossat incite à voter: « Le 26 mai, 100% des banquiers iront voter, ne vous laissez pas voler l’élection ». Il a de l’audace, Ian Brossat, car qu’en sait-il au fond? Il n’a aucunement la preuve que les banquiers vont voter. Ensuite, croit-il que c’est par leur vote que les banquiers se donnent le pouvoir? Croit-il que les profiteurs, capitalistes, barons voleurs et autres écraseurs … Continuer de lire « L’eurocommuniste Ian Brossat vous incite à voter [pour lui] », billet d’humeur par Bruno Adrie

« Simone Weil, la mystique et la gauche », billet d’humeur par Bruno Adrie

Certains, à gauche, aiment évoquer la figure de Simone Weil pour sa « sympathie pour la misérable masse humaine » à laquelle elle se mêla pendant une année pour partager sa souffrance et son épuisement dans les usines du profit capitaliste. Quoi de plus authentiquement gauchiste en effet – et quoi de moins bobo pourrait-on dire, a posteriori – que de ne s’être pas contentée de disserter … Continuer de lire « Simone Weil, la mystique et la gauche », billet d’humeur par Bruno Adrie

« L’insoutenable légèreté d’un président », billet d’humeur par Bruno Adrie

Une mère éplorée retire de son épaule la main consolatrice d’un président trop franc. Aussitôt le geste est interprété comme une gifle. Aussitôt, le journal d’un milliardaire rapporte le témoignage du mari de la dame qui explique que sa femme a l’épaule fracturée et ne souffre aucun contact, qu’il soit présidentiel ou qu’il se veuille consolateur. Aussitôt, on ne sait plus. Aussitôt, je me dis … Continuer de lire « L’insoutenable légèreté d’un président », billet d’humeur par Bruno Adrie