« Lui, elle, eux et leur prochain retour de karma », bref billet d’humeur poétique par Bruno Adrie

Il la promène, le marcheur gauche, sa poupée raide, sur pilotis, coiffée d’un toit de chaume. Elle la promène, la marcheuse raide, sa marionnette vinaigrée, crachante aux plaies vives des martyrs. Ils se promènent, polichinelles, dans des décors plantés pour eux, pour qu’ils se rêvent en attendant le cauchemar qu’un matin leur apportera, au saut du lit, sous le soleil imprévisible d’un jour vaincu par le karma.

Bruno Adrie

Francisco Goya, Saturno devorando a sus hijos (1817-23)