« Le million de la mal peignée (Penicaud’s million) », par Bruno Adrie

 L’Humanité d’aujourd’hui nous apprend que la mal peignée Pénicaud “a réalisé en 2013 une plus-value de 1,13 million d’euros sur ses stock-options en tant que dirigeante de Danone, profitant de la flambée en Bourse qui a suivi l’annonce de 900 suppressions d’emplois du groupe en Europe.”

Un beau score, un beau gain qui ne serait pas réalisé sans la mise en place des mécanismes de pompage de fric inventé par l’Accaparement qui ne finance plus l’investissement mais les Rentes des Accapareurs qui s’ébrouent comme des cochons sur le chariot de foin du capitalisme financiarisé.

En automate ministériel mû par l’horlogerie du favoritisme, la mal peignée des Emmarchiens est une digne représentante de cette classe de petits-bourgeois passée de la fraction dominante des classes dominées à la fraction dominée des classes dominantes (analyse bourdieusienne reprise par Jean-Pierre Garnier dans son livre La deuxième droite, qu’il présente ici), une fraction qui en échange des bouts de gras substantiels que lui jettent les maîtres chiens de l’Accaparement, n’hésitera pas à pousser les poussins du salariat dans les broyeuses d’une réforme qui n’en finit pas d’enrichir les riches tout en faisant plier et se rompre les os les pauvres.

Nous ne pouvons qu’espérer que la justice gardera les mains libres et qu’elle fera rendre gorge à cette ex-gestionnaire de l’agence Business France embringuée dans l’affaire des appels d’offres de la start-up sauterie de Las Vegas. Sans compter qu’une condamnation de la mal peignée serait, foncièrement, une condamnation du caporal Printemps.

Ô France enivrée sous les soleils menteurs de la propagande, France qui rampe entêtée après les notes fêlées du joueur de flûte en chef, tu ignores la noyade qui t’attend dans la gueule noire des égouts du Profit !

Bruno Adrie

Image : Le chariot de foin par Jérome Bosch,1502. Huile sur toile.