« Un beau hold-up signé Le Maire », par Bruno Adrie

Le Maire fustige, sans la nommer, Anne Lauvergeon et sa gestion calamiteuse de la filière du combustible nucléaire. «Ce qui s’est passé chez Areva est proprement scandaleux», dit-il en prenant une tête de Le Maire des mauvais jours, inexpressive malgré tous ses efforts. Mais est-il vraiment en colère? Si le scandale devait le mettre dans un tel état, serait-il en politique? Serait-il ministre? Serait-il ministre à Bourg-Macron-sur-Ordonnances? Mais qui crois-tu berner, Le Maire, avec ta tête de cadre aux heures emmerdantes et supplémentaires, avec ta tête à hygiaphone de souterrain branlant, avec ta tête à recruter des clones, avec ta tête de cheese cake pas cuit? Eh bien, personne à part les gogos. Car nous, on l’a comprise ta stratégie: 1) tu feins la colère pour mauvaise gestion et 2) hop! Le tour est joué ! tu fais passer l’argent du contribuable des caisses de l’Etat dans les poches d’Areva et de ses actionnaires (dont un fond du Koweït) : 4,5 milliards! Un beau hold-up! Affaire classée!

Mais regardons comment Le Monde la raconte, ta fable, Le Monde, source fiable qui passe sans biper sous les portiques du Decodex:

Les conséquences de cette « gestion aussi indigente des deniers publics », selon M. Le Maire, sont particulièrement lourdes en période de disette budgétaire. Les besoins d’Areva, qui s’élèvent à 5 milliards d’euros au total, sont « supérieurs à l’intégralité des économies que le ministre des comptes publics doit trouver en 2017 pour nous ramener sous les 3 % [de déficit public par rapport au PIB] », a-t-il déclaré. Cette recapitalisation n’en reste pas moins, selon lui, « un jalon essentiel de l’exécution du plan de refondation de la filière nucléaire française ».

Bruno Adrie