« Première question écrite adressée au gouvernement », par François Ruffin

Ma première question au gouvernement : quand la famille Mulliez s’enrichit et licencie.

Voici ma première question écrite adressée au gouvernement, à la ministre du Travail en l’occurrence. Il est possible que les services de l’Assemblée modifient, rectifient, y mettent des formes. Ca fait suite à nos rencontres avec les élus CGT-FO du site Simply-Market d’Amiens.

Monsieur François Ruffin alerte Madame la ministre d’Etat, ministre du travail, sur les licenciements en cours dans le groupe Mulliez.

Suite à une « réorganisation », à la fusion de Auchan et Atac, 70 postes vont être supprimés à Amiens, 870 au niveau français. Pour tous ces licenciements, pour l’instant, aucune prime supra-légale n’est prévue. (Sources FO et CGT.)

Le groupe de la famille Mulliez ne crie pourtant pas famine: « Auchan Holding a vu son bénéfice net progresser de 14% l’an dernier…  » (L’Express, 10 mars 2017). Les dividendes ont augmenté de 75 % en ce printemps 2017, à hauteur de 350 millions d’euros. Avec 26 milliards d’euros, Gérard Mulliez est aujourd’hui la troisième fortune de « France ». Entre guillemets, car la famille s’applique à déposer ses économies en Belgique: la Justice les a d’ailleurs perquisitionnés, les soupçonnant de fraude fiscale et de blanchiment. (Le Parisien, 10 mai 2016.)

Mais c’est un autre souci qu’on voudrait pointer: avec 84 millions d’€ (source entreprise), Auchan est, semble-t-il, le troisième plus gros bénéficiaire privé du le Crédit Impôt Compétitivité Emploi (après Casino et Carrefour). L’année où ces aides étaient perçues pour la première fois, l’effectif a diminué de 1400 personnes… Mais les dividendes des actionnaires familiaux étaient triplés.

Ces aides ont été octroyées sans la moindre conditionnalité et, ajoutera-t-on, sans ciblage: la grande distribution n’est nullement soumise à la concurrence internationale.

Compte tenu de ces éléments, M. François Ruffin apprécierait que Madame la ministre fasse connaître les mesures qu’entend prendre le Gouvernement dans ce dossier, mais au-delà souhaite l’interroger sur ce que contiendrait la loi travail n°2 qui empêcherait les multinationales de licencier alors que leurs bénéfices grossissent.

François Ruffin (député FI)

Source : page Facebook de François ruffin

photographie : Gérard Mulliez, patron de Auchan.