« L’anglosaxon américain et les Daech de demain », par Bruno Adrie

Bruno Guigue vient de publier un article qui résume la situation d’échec dans laquelle se trouvent les puissances occidentales en Syrie. Mais ajoute-t-il, « L’impérialisme n’ayant pas l’habitude de lâcher le morceau, la route sera encore longue ». En effet, on peut compter sur les impérialistes, sur ceux qui comptent en dollars et au prix du sang versé, pour trouver à l’avenir de nouveaux prétextes qui permettront de garder la Syrie dans un état de guerre et d’instabilité. George Friedman a écrit dans The Next 100 Years que les Etats-Unis n’avaient plus besoin de gagner les guerres qu’ils déclenchaient et qu’il leur suffisait de semer le désordre et la destruction, le but étant d’empêcher des pays comme la Syrie ou l’Iran de devenir des puissances régionales (voire plus pour l’Iran). Puisqu’il faut tuer dans l’oeuf la montée en puissance des Etats concurrents, puisqu’il est impératif mettre un frein au devenir des peuples, puisqu’il n’y a pas d’autre solution s’ils veulent rester le leader mondial, les Etats-Unis soutiendront à l’avenir tous les Daech qui se présenteront, peu importe qu’ils décapitent, éventrent ou gazent des enfants. Car rien ne doit arrêter la course folle de « l’anglosaxon américain » détrousseur de mondes et aplatisseur de populations.
Arthur de Gobineau, qui était diplomate et qui avait sondé les reins de cet anglosaxon américain, écrivit à son sujet:
« Sa nature raisonnante et amie des formes légales lui a fait trouver mille subterfuges pour concilier le cri de l’équité avec le cri plus impérieux encore d’une rapacité sans bornes. Il a inventé des mots, des théories, des déclamations pour innocenter sa conduite. Peut-être a-t-il reconnu, au fond du dernier retrait de sa conscience, l’impropriété de ces tristes excuses. Il n’en a pas moins persévéré dans l’exercice de tout envahir, qui est sa première loi, et la plus nettement gravée dans son cœur. » (Gobineau « L’anglosaxon américain » in Traité sur l’Inégalité, 1853)
Bruno Adrie

Illustration : Galactus, le dévoreur de monde, héros de Marvel.