« Edouard Philippe et les mamelles de la France », par Bruno Adrie

L’Express nous apprend qu’Edouard Philippe ou Philippe Edouard a déjà fait parler de lui comme co-auteur barbu d’un roman où l’un des auteurs – mais est-ce lui ? – avoue son goût pour « les poitrines un peu rondes », condamnant toutes les autres à la déchéance de nationalité au motif qu’elles sont inutiles car ne permettant pas de s’y pincer le nez. Quelle joie pour la France de voir un de ces ethnographes du téton bigarré, un de ces Georges Cuvier des protubérances mammaires, un de ces explorateurs des profondeurs ubérales occuper aujourd’hui le Palais Bourbon ! En voilà une belle idée de son Excellence Voiturée Costard à moins de Cinq-Cents ! L’avantage, c’est que les collaboratrices du poète philomammaire sont prévenues : pour être embauchées, inutile de présenter un diplôme de l’ENA: une généreuse mammographie fera plutôt l’affaire !

Bruno Adrie