« Ils sont beaux ces macroniens qui veulent sauver la République! », par Bruno Adrie

A tous ceux qui enjoignent les mécontents conscients d’avoir été joués de voter Macron « pour sauver la République », je dirai qu’on ne les a pas beaucoup entendus lorsque le 4 février 2008 les députés se sont réunis à Versailles pour signer le traité de Lisbonne grâce à une modification préalablement apportée à la Constitution française. On ne les a pas beaucoup entendu crier contre de ce déni offensant d’une volonté populaire exprimée en mai 2005 contre le Traité (dit constitutionnel) européen dont le Traité de Lisbonne n’a été qu’une resucée. Ils n’ont pas fait grand chose pour sauver la démocratie, la vraie, celle qui ne ment pas et prend acte des desiderata du peuple, contre ce nouvel assaut de la synarchie technocratique européenne. Une synarchie en faveur de laquelle ils veulent qu’on vote aujourd’hui, à travers Emmanuel Macron, pour sauver une République de notables traîtres, d’arrivistes engraissés à vider nos assiettes, d’accapareurs résolument cyniques et d’abonnés illimités à l’exil fiscal. Ah, ils sont beaux les macroniens qui veulent sauver la République contre la folie lepéniste! Que ne se sont-ils pas réveillés plus tôt, il y a neuf ans, au lieu de faire aujourd’hui la morale à des électeurs piégés par une campagne liquéfiée par la diabolique efficience de Leur Mensonge!

Petit rappel vidéo sur la  modification de la Constitution en 2008

Image : Jean Gabin dans Le président, film d’Henri Verneuil de 1961 qui faisait déjà le procès de l’Europe à venir.