« TF1, les élections et la fin de la démocratie », par Bruno Adrie

François Asselineau a raison de demander aux cinq candidats de ne pas répondre à l’invitation à débattre sur TF1. A quel degré d’avachissement mental sont donc tombés les larbins qui aiment se dire Français et qui acceptent que TF1/Bouygues opère un pré-tri entre les candidats à cette folle élection présidentielle? Non seulement, les limites du système sont atteintes mais on peut soupçonner aujourd’hui que l’imbécillité doive être prise en compte dans l’appréciation que nous avons des phénomènes sociologiques. Le citoyen lambda, emporté par la lame de fond des propagandes et chahuté par le ressac des sondages, ne peut en aucun cas constituer un idéal l’humanité. Il n’est qu’une forme dégradée de l’homme et seule cette formidable dégradation intérieure peut l’amener à accepter de vivre enfermé dans la cage encombrée de chimères inventées pour l’alimentation des primitives ruminations qu’il appelle ses idées. Ses idées sur lesquelles il avance en tremblant comme sur des béquilles tordues. En ce sens, ce citoyen lambda est peut-être le principal vecteur de la décadence politique en cours qui amènera un retour au césarisme tel que Spengler l’a décrit dans son ‘Déclin de l’Occident’.

Les dés sont jetés.

Bruno Adrie

Photo: Oswald Spengler