« Fillon et les habiles », par Bruno Adrie

En écoutant De qui François Fillon est-il le prête-nom?, l’émission de Polémix et la Voix Off consacrée à la revue du numéro de février du Monde diplomatique, on apprend par exemple que la directrice de la rédaction de la généreuse Revue des deux Mondes (propriétaire: Marc Ladreit de Lacharrière, énarque devenu milliardaire après être passé par Suez et L’Oréal) est Valérie Toranian. Valérie Toranian est une ancienne directrice de Elle et l’actuelle compagne de Franz-Olivier Giesbert, ce chien fou, débraillé, au poil en pagaille, qui dit n’importe quoi et n’hésite pas à manquer de respect envers quiconque ne fait pas partie de sa caste. FOG au regard embué siège au comité éditorial de la Revue des deux Mondes à côté d’Elise Longuet, la fille de Gérard, ministre et ex-militant d’extrême droite qu’on ne présente plus. Elise Longuet est aussi directrice des relations extérieures de Fimalac, la holding de Marc Ladreit de Lacharrière, holding qui détient la Revue des deux Mondes.

Nous voici placés face à un exemple parlant de l’endogamie typique de cette oligarchie française qu’on appelait autrefois les 200 familles et qu’on devrait appeler aujourd’hui, selon l’un des animateurs, les 40 familles, le pouvoir économique et financier s’étant, avec le temps, trouvé concentré dans un nombre de mains de plus en plus réduit. Ces familles vivent du travail des Français (et pas seulement) et on comprend qu’Emmanuel Beau de Loménie ait désigné la clique accapareuse qu’elles forment comme « les habiles » dans son ouvrage majeur intitulé Les responsabilités des dynasties bourgeoises. Nous ferions mieux, sans doute, de les appeler « les assistés » puisque le mot est à la mode et rarement dirigé contre eux. Disons qu’ils sont des « habiles assistés de haut rang ».

Les animateurs de l’émission ne se contentent pas de citer Beau de Loménie, ils saluent la qualité et l’intérêt des travaux du couple Pinçon-Charlot, sociologues spécialistes des classes dominantes d’aujourd’hui et affichent un mépris salutaire et plein d’humour face à cette classe profiteuse, caractérisée par son arrogance et par son ignorance profonde des changements qui se produisent, en ce moment même, dans la tête des Français, face au spectacle d’un monde politique gangrené par le lobbyisme et la corruption.

L’émission s’intitule « De qui Fillon est-il le prête-nom? ». Je crois qu’elle et le Monde diplomatique nous apportent un bon début de réponse.

Photos : FOG et sa compagne Valérie Toranian et le dernier numéro de la Revue des deux Mondes