« A. Francois, R. Magni-Berton. Que pensent les penseurs? Les opinions des universitaires et scientifiques français », par Christophe Bouillaud

Où l’on découvre que des chercheurs bien pensants ne savent pas tirer les conclusions scientifiques de leur propre enquête scientifique à cause du barbelé néolibéral qui leur fait saigner le néocortex. Où l’on redécouvre que la compétence technique doit alimenter la pensée mais ne la remplacera jamais.

Bouillaud's Weblog - bloc-notes d'un politiste

(Avertissement préalable au lecteur : l’un des deux auteurs du livre dont il va être ici question n’est autre que mon collègue de bureau à l’IEP de Grenoble.)

img20160214_23165952Les recherches sur le monde universitaire ne sont pas très nombreuses en France, et il faut bien dire que l’accusation de nombrilisme n’est jamais loin lorsque des universitaires se lancent dans une telle aventure.  Abel François, un économiste, et Raul Magni-Berton, un politiste, se sont pourtant  lancés dans l’aventure. Ils ont publié cet automne le résultat de leur investigation commune sous le titre plutôt séduisant, Que pensent les penseurs? Les opinions des universitaires et scientifiques français (Grenoble : PUG, 2015).

Le protocole de recherche suivi pour saisir les convictions des universitaires et chercheurs  français  se veut simple et efficace : un questionnaire proposé au printemps 2011 aux répondants sur Internet, avec une prise de contact via les universités, les établissements de recherche…

View original post 2 664 mots de plus