Démocratie et suffrage universel

Allende, élu au suffrage universel, n’a tenu que trois ans, jusqu’au coup d’Etat qu’on connaît et dont on connaît aussi les responsables. En l’absence de suffrage universel, Castro a pris le pouvoir par la force et a tenu cinquante ans. S’il avait accepté  de réinstaurer le suffrage universel, ses adversaires auraient tôt fait de le détrôner, grâce aux financements et aux pressions médiatiques de leurs amis anglophones, encombrants et pas démocratiques pour un sou. C’est ça l’ironie du suffrage universel tel que conçu par le grand affairisme : c’est un mode d’accession au pouvoir permettant au leader le moins intègre de se présenter dans l’intérêt de la nation et de ne gouverner ensuite que pour servir les banquiers qui la pillent.

Ring a bell ?

Evidemment, nous sommes pour un vrai suffrage universel, indépendant des affairistes qui ne cherchent qu’à prospérer à l’abri du fisc et au détriment des peuples. Comment l’obtenir ? Une chose est sûre, ils ne vous le donneront pas. La meilleure preuve, c’est que lorsqu’un leader élu ne leur convient pas, ils ternissent son nom, l’appellent dictateur (Hugo Chávez) ou bien le font tomber (Manuel Zelaya) et ce ne sont que deux exemples parmi des dizaines…

Ils aiment le suffrage mais pas la démocratie.

Copyright © 2015 Bruno Adrie

All rights reserved.