Henri Guillemin, « Les voleurs de révolution », Le Nouvel Observateur, 10 juillet 1968

« En 1789, on assiste à quoi? A une bagarre de nantis, à une rixe de possédants. Au cours du XVIIIème siècle, une nouvelle classe est apparue en France : la bourgeoisie d’affaires avec le développement, qui s’inaugure, du grand commerce, de l’industrie, de la banque. C’est la roture nantie, la richesse mobilière, laquelle se dresse, avide, face à la richesse immobilière représentée par la noblesse. »

Ces deux groupes, depuis longtemps réconciliés, dirigent la France et font feu de tout bois, de toute guerre et de toute paix pour rester dominants. Ils tirent profit de notre travail, prétendent diriger nos vies et nos esprits et n’hésiteront pas à nous envoyer tomber sous la mitraille si une guerre venait un jour à éclater. Ceci afin de garantir la bonne marche de leurs affaires.

Ici, l’article publié par Henri Guillemin dans le Nouvel Observateur du 10 juillet 1968 :

Henri Guillemin Les voleurs de révolution Nouvel Obs 1968